Une interview entre Kenneth Wapnick Ph.D. et Susan Dugan

NE JOUEZ PAS DANS LE CARRÉ DE SABLE

Le message de Ken n’a jamais dévié de l’objectif du Cours qui est de guérir les esprits individuels. « Il dit que c’est un chemin spirituel pour des personnes individuelles ». « Les problŹmes surgissent quand les gens tentent d’en faire quelque chose de plus que cela et veulent l’utiliser pour autre chose plutôt que de s’en servir pour les aider ą vivre pleinement leurs propres vies. C’est une faćon d’aider les gens ą entrer en contact avec leur propre voix intérieure et la suivre pour devenir aussi gentil, aimant et pardonnant qu’ils le peuvent. Si les gens le faisaient et travaillaient sur eux-mźmes, le monde deviendrait un endroit bien différent et le Cours aurait rempli son but. »

Ken croit que les étudiants d’« Un Cours en Miracles » deviennent déconcertés quand ils ne réussissent pas ą accepter le fondement du Cours. « Quand le Cours dit que le monde est une illusion, il le signifie littéralement ». Les conséquences échappent aux gens simplement parce qu’ils ne reconnaissent pas combien ils sont identifiés profondément avec le corps, ce que nous croyons źtre. Nous voyons le Cours ą travers les lentilles de notre corps et nous pensons que Jésus est un corps qui nous parle comme étant un corps en nous disant devoir vous pardonner aussi comme un corps. Cela n’a rien ą voir puisqu’il n’y a pas de corps ; tout se passe dans l’esprit. C’est une incompréhension de l’esprit et du corps, qui est appelé Confusion de niveau au chapitre 2. Toutes les incompréhensions – le rôle du Saint-Esprit, le but du Cours, l’écoute de la guidance ou d’une voix – proviennent du fait de ne pas comprendre qu’il n’y a littéralement aucun corps, ni monde. Une fois que vous l’avez compris, tout se met gentiment ą sa place.

Le Cours nous demande de remettre nos illusions au Saint-Esprit ; c’est une autre petite recommandation que les étudiants de Cours comprennent souvent mal. Le but du Saint-Esprit est simplement d'źtre la correction de notre erreur. Et l'erreur n’a rien ą voir avec le comportement. « Sers-toi de cette présence aimante dans ton esprit pour regarder tes décisions pour l'ego et vois oĚ ces décisions t’emmŹnent ». Mon problŹme n'est pas avec vous ; j'ai fait le mauvais choix. Il y a seulement une relation particuliŹre et c’est avec l'ego ; il y a seulement une relation sainte, et c’est avec Jésus ou le Saint-Esprit. Une fois que cette relation est guérie toutes vos autres relations deviennent saintes ». Regarder avec les yeux du Saint-Esprit signifie aussi confronter directement la culpabilité que notre systŹme de pensée d’ego voudrait nous faire nier. Le nom que Ken donne aux étudiants qui refusent de reconnaĒtre cette culpabilité ? « Blissninnies » (ceux qui ne voient que le bonheur ou la félicité) Il dit qu’un « blissninny » ne veut pas regarder la culpabilité ou comment le monde se comporte vraiment. Une personne peut dire : « Oh, le Cours est en train de changer ma vie et il changera le monde » sans regarder vraiment la culpabilité que le Cours essaie de défaire. Un « blissninny » n'a pas une compréhension correcte ou un respect pour l'ego dans les termes de réaliser combien il peut źtre laid et combien nous sommes attiré vers lui. Si vous ne regardez pas la culpabilité, tout ce que vous faites avec ce Cours suivra cette décision et vous ne comprendrez absolument rien des propos du Cours ».

Quant ą savoir pourquoi l'ego soulŹve si souvent sa tźte affreuse dans les cercles du Cours, Ken devient philosophique et lance. « Vous auriez dě źtre dans les environs il y a trente ans, ». « Les gens ne veulent pas regarder leur propre culpabilité ; c'est plus facile de la projeter au-dehors. C'est comme les enfants dans un carré de sable. Ce fut ainsi depuis trente ans avec le Cours et deux mille ans avec le Christianisme ainsi que dans le judaēsme, dans l’Islam et chaque religion officielle. Voila pourquoi il est préférable de ne pas voir le Cours comme une religion, un mouvement, ou n'importe quoi d'autre du mźme genre. Il n'est qu’un enseignement spirituel pour guérir votre esprit. Si les gens l’utilisaient ainsi vous n'auriez pas de groupes qui combattent d’autres groupes et si vous aviez eu un groupe vous ne le prendriez pas sérieusement, vous ne seriez qu’un groupe de gens se retrouvant ensemble comme une famille ou entre amis. Il ne serait pas pris comme quelque chose qui comporte une attente.

Une fois que vous commencez ą formaliser quelque chose, vous entrez dans les églises et nous savons tous ce que les églises font, il conclut. ; « Ne jouez pas dans le carré de sable. Vous ne l'attaquez pas, vous ne le jugez pas, mais vous ne jouez pas dedans. Je pense que c’est la réponse ».