LE MESSAGE DÕÇUN COURS EN MIRACLES

 

Extraits traduits du VOL. 1 Ç TOUS SONT APPELƒS È

 

(The Message of a Course in Miracles Ð vol.1, All are called, Kenneth Wapnick, Ph. D)

 

 

 

LE MESSAGE DÕÇUN COURS EN MIRACLES

 

Extraits traduits du Vol. 1 Ç TOUS SONT APPELƒS È

 

(The Message of a Course in Miracles Ð vol.1, All are called, Kenneth Wapnick, Ph. D)

 

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

 

- LՃTAT DU CIEL -

 

                        LA  NATURE NON  DUALISTE  DE  DIEU  ET  DU  CIEL

 

Cette description mŽtaphysique est plut™t un mythe, une histoire pour nous faire comprendre ce qui a semblŽ se produire.

 

 

á       Ç Un Cours en Miracles È Le dŽsigne simplement comme la Cause premire, le CrŽateur de toute vie.

 

á       Ses caractŽristiques sont d'tre pur Esprit, pur Amour et d'tre sans forme, immuable, illimitŽ, parfait, infini et Žternel.

 

á       Dieu se prolonge. La projection peut tre dŽfinie comme le mauvais usage de l'extension ou du prolongement.

 

á       Le but de lÕEsprit est de se prolonger. Cette expansion de Dieu donne le Christ, dŽfini dans le Cours comme Žtant son Fils unique. JŽsus parle des Fils de Dieu, de la FilialitŽ.

 

á       L'Žtat du Christ est dŽfini comme les Ç Grands Rayons È qui sont l'extension de la lumire de Dieu.

         Ex. Le soleil et ses rayons. La mer et les vagues.

 

á       JŽsus se dŽfinit comme faisant partie du Christ tout comme nous et dit ne rien possŽder que nous ne puissions atteindre. Il est seulement le premier qui a transcendŽ son ego et qui s'est rappelŽ sa Source.

 

á       Le Fils se prolonge aussi et cela s'appelle Ç CrŽations È. C'est impossible pour des esprits sŽparŽs de comprendre ceci, car le corps et le cerveau ont ŽtŽ faits pour empcher de le comprendre.

                                       L 'UNITƒ DU PéRE ET DU FILS

 

Ç Les idŽes ne quittent pas leur source È. Le Christ est une idŽe dans l'Esprit de Dieu. Ils sont indivisibles l'un de l'autre. Ç Il n'y a aucun endroit o le Pre commence et o finit le Fils. È

 

Le Cours utilise le mot Ç Connaissance È pour dŽsigner l'Žtat cŽleste, Žtat non dualiste, compltement abstrait et en dehors de toute perception.

 

Le Ciel n'est pas un endroit, mais la conscience dÕune parfaite unitŽ, il ne possde rien en dehors ni rien d'autre. Le Cours dŽclare : Ç Nous disons Dieu est, et ensuite nous nous taisons, car dans cette connaissance les paroles n'ont aucune signification È.

 

Nous ressemblons ˆ Dieu, mais nous ne sommes pas Dieu. Nous sommes l'effet et non la Cause. Nous crŽons comme Lui mais nous ne LÕavons pas crŽŽ.

 

Dieu et Son Fils sont unis ensemble dans l'Amour parfait et dans la Paix du Ciel.

LA SƒPARATION AVEC DIEU

(le processus de division)

 

INTRODUCTION

 

Dans un esprit qui semblait divisŽ surgit la petite idŽe insensŽe qu'il pourrait peut-tre y avoir quelque chose d'autre que l'Žtat du Ciel. Ç Y aurait-il un opposŽ ˆ la RŽalitŽ ? Je veux tre mon propre auteur et devenir libre È.

L'Esprit sembla se diviser en multitude (un nombre infini) de particules, de fragments, ce qui comprend lÕUnivers entier et qui reprŽsente la pensŽe de sŽparation d'avec Dieu, et c'est ce qui Žchangea lÕAmour unifiŽ pour la peur dans un univers sŽparŽ. C'Žtait le substitut de la VŽritŽ pour l'illusion. Il ne faut pas oublier que nos esprits Žtaient alors trs puissants.

 

a)  La premire division Ñ

 

Il entra dans la pensŽe du Fils une petite idŽe folle o le Fils oublia de rire. C'est l'idŽe qui soutient ce monde depuis le dŽbut et jusqu'ˆ ce que nous continuions d'y croire. Nous sommes nŽs avec l'amour et nous avons appris la peur. L'impossible sembla donc arriver! L'Esprit du Fils, du Christ sembla se diviser et une partie demeura avec le Christ et l'autre quitta sa Source. Cette petite idŽe n'eut aucun effet sur la RŽalitŽ.

 

Ç Pas une note du Chant du Ciel ne fut perdue È.

 

Ë la question :

Quand et pourquoi l'ego commena-t-il?  JŽsus rŽpond : ce n'est pas important de savoir quand et comment quand vous le rŽpŽtez toujours dans le prŽsent. La rŽponse est une expŽrience, ne soyez pas retardŽ par la thŽologie. Quand nous posons cette question, nous confirmons son existence. Ex. Quand avez-vous commencŽ de battre votre femme ? Ceci est une question incriminante. Quand vous tes pris dans un Ždifice en flammes, vous ne demandez pas comment dŽbuta le feu, mais vous vous dŽpchez ˆ en sortir le plus vite possible. Si la pensŽe de sŽparation Žtait rŽelle, le monde le serait aussi.

L'ego naquit et fit tomber un voile d'oubli, d'amnŽsie, sur l'identitŽ rŽelle de l'esprit, du Christ, et celui-ci crut n'tre qu'un soi divisŽ. JŽsus est ici pour nous le rappeler. C'est la stratŽgie de l'ego pour que nous ne changions plus notre esprit et ainsi puissions conserver notre petite individualitŽ sŽparŽe. La premire division fut donc de sŽparer le Fils, le Christ de sa Source.

b)  La deuxime division :

 

L'esprit sembla tre devenu une entitŽ sŽparŽe, continua ˆ se diviser et devint Ç deux È que nous pouvons nommer : la pensŽe juste et la pensŽe fausse.

Eh voilˆ! Dieu apporta aussit™t Sa rŽponse ˆ cette petite idŽe folle : le Saint-Esprit. Cette pensŽe ayant pris naissance dans l'esprit, Dieu introduisit la solution, la correction au mme endroit. C'est pourquoi le Saint-Esprit est dŽfini dans le Cours comme le Ç Lien de communication entre Dieu et Ses Fils sŽparŽs È. Ë travers Lui, nous demeurons connectŽ avec notre CrŽateur, dŽfaisant l'idŽe de l'ego que nous ayons brisŽ cette communication. C'est ce que le Cours appelle : Ç le principe dÕExpiation ou de Correction È, que cette sŽparation n'a vraiment jamais eu lieu.

 

Le Saint-Esprit est donc une prŽsence continuelle qui rŽside dans chaque partie fragmentŽe, c'est la mŽmoire du parfait Amour de Dieu qui continue de nous rappeler constamment (comme un chant oubliŽ) et que nous essayons d'Žtouffer! (Comme la mŽmoire des personnes chres qui nous rŽconforte aprs leur dŽpart). Nous expŽrimentons Son travail dans nos pensŽes de peurs et gr‰ce ˆ Lui, ces pensŽes deviennent des pensŽes d'amour. Si le Saint-Esprit semble tre une personne, c'est que notre langage est dualiste et que nous ne pouvons mme pas penser ˆ Dieu sans Lui attribuer un corps ou une forme quelconque. La partie de notre esprit qui doit donc dŽcider entre l'ego et le Saint-Esprit est ce que nous appelons Ç le dŽcideur È, qui est notre pouvoir de choisir. C'est le nom que nous retrouvons dans le Manuel pour Enseignants.

 

 

Le Saint-Esprit dŽclara :

Ç Rien n'est arrivŽ, car, rien n'aurait pu arriver È. C'est le principe de Correction ou dÕExpiation, car comment Dieu aurait-il pu se sŽparer de Lui-mme ? L'ego dit : C'est arrivŽ et c'est affreux, Dieu ne te le pardonnera jamais et il offrit au Fils une existence unique, excitante, autonome et libre de son CrŽateur. Donc il devait devenir spŽcial et unique. Nous avons donc choisi la voix de l'ego au lieu de la douce voix du Saint-Esprit qui nous demandait de rire de toute cette folle idŽe!

 

c)   La troisime division 

LA STRATƒGIE DE LÕEGO

 

1re partie Ñ Le pŽchŽ, la culpabilitŽ et la peur.

 

L'ego se sent en danger, car bien qu'il ne soit pas au courant de la prŽsence du Saint-Esprit, il a peur que le Fils (le dŽcideur) choisisse autrement et que lui disparaisse. Il sent cette menace. Le systme de pensŽe de l'ego ne tient qu'ˆ une croyance que le Fils (le dŽcideur) a choisie. Il a dŽcidŽ de croire ˆ ce systme de pensŽe compltement incroyable. Ç Le pouvoir de dŽcision est votre dernire libertŽ tant que vous tes un prisonnier de ce monde È.

 

Mais si le Fils a compltement oubliŽ qu'il possŽdait un esprit, comment peut-il arriver ˆ le changer? L'esprit du Fils devient donc un champ de bataille o deux ennemis mortels semblent s'affronter. Il lui fait donc croire avoir commis une faute Žnorme en pensant que ce que Dieu lui a donnŽ n'Žtait pas suffisant, qu'il a achetŽ son individualitŽ ˆ un cožt Žnorme, celui de la destruction de Dieu et du Ciel. Ce fut aussi la crucifixion du Christ qui a dž tre sacrifiŽ pour la survie du petit soi sŽparŽ. La cause fut donc son Žgo•sme et l'effet fut la disparition du Ciel.

 

Il n'y a pas beaucoup de monde conscient que leur existence signifie avoir dŽtruit Dieu, mais plusieurs ont des intŽrts Žgo•stes et dŽtruisent tous les gens autour d'eux.

 

L'ego met donc le Fils en garde contre ce Dieu qu'il a attaquŽ et qui va certainement se venger pour cette horrible faute contre lui. C'est lˆ quÕest nŽe la culpabilitŽ. Comment est-ce qu'un Dieu supposŽ mort et dŽtr™nŽ peut-il se venger ? L'ego lui dit que le Saint-Esprit est le gŽnŽral que Dieu envoie aprs lui pour le ramener et se venger. Le Fils ne retourne donc plus vers le Pre puisqu'il en a peur et se tourne plut™t vers son grand ami l'ego! L'Amour et la VŽritŽ viennent donc d'tre enterrŽs et la culpabilitŽ et la peur les remplacent.

 

L'Ego est donc Ç I ÔAntŽchrist È, qui reprŽsente chaque idole ou objet spŽcial d'amour qui remplace Dieu dans notre rve d'individualitŽ.

 

2e partie Ñ                                                                  

 

En convainquant le Fils de Dieu quÕil est pŽcheur et que par le fait mme sa culpabilitŽ est justifiŽe, l'ego le convainc qu'il ne peut y Žchapper qu'en se coupant de cette faute et en croyant qu'elle n'existe plus en lui. En choisissant l'ego, il se coupe de sa pensŽe juste, c'est-ˆ-dire du Saint-Esprit et devient ce systme de pensŽe. Il oublie donc son pouvoir de choisir, qui est le but de l'ego de le rendre sans pouvoir dŽcisionnel.

 

Il devient donc le petit soi fragmentŽ, limitŽ et pŽcheur et ne peut plus revenir en arrire, car quand on se sŽpare de quoi que ce soit, on oublie ce qui Žtait avant Ç la sŽparation È. Sa vraie RŽalitŽ du Christ est compltement enterrŽe et oubliŽe ainsi que la mŽmoire du Saint-Esprit. De l'innocent et vrai Soi, il est devenu le petit soi pŽcheur et coupable.

 

Il n'y a aucun mot dans le langage qui peut dŽcrire l'ŽnormitŽ du sentiment du Fils d'avoir dŽtruit par sa faute lÕinnocence du Christ, la vraie IdentitŽ du Fils. L'ego veut le voir garder sa nouvelle identitŽ, en lui faisant croire qu'il n'est pas responsable de sa faute et lui dit de la projeter au-dehors.

 

 

3e partie Ñ                            NE PAS REGARDER Ë L'INTƒRIEUR

 

L'ego ne veut pas que le Fils regarde ˆ l'intŽrieur de l'ego, car ce qu'il y verrait ne serait, ni amour, ni paix ni protection, mais plut™t de la peur, des meurtres et de la destruction Ç Tue ou fais-toi tuer È. Si le Fils prenait le temps de bien regarder au-dedans et analyser ce systme, il rŽaliserait que l'ego n'existe mme pas, quÕil n'est quÕune croyance. Le fait de ne pas le regarder en face et l'analyser le soutient, lui donne sa rŽalitŽ et sa force. On comprend ici le besoin qu'a JŽsus de se servir du pardon comme moyen par excellence pour dissoudre cette croyance de l'ego au pŽchŽ, ˆ la culpabilitŽ et ˆ la peur. En ayant jurŽ ˆ l'ego de ne pas regarder, vous gardez intact le grand voile d'amnŽsie qui vous rappellerait la mŽmoire de Dieu. L'ego a donc imaginŽ un dieu vengeur dont lÕesprit du dŽcideur doit se cacher. Il invente donc le corps et le monde. Il vous donne juste assez de peurs pour vous garder et pas trop pour vous perdre!

 

d)  4e division :             LES IDƒES NE QUITTENT PAS LEUR SOURCE

 

L'ego dit au Fils, que Dieu et le Saint-Esprit sont ses ennemis et quÕil doit s'en Žchapper. L'esprit du Fils devient un champ de bataille o deux supposŽs ennemis s'affrontent. L'ego a peur que le Fils choisisse autrement et qu'il le fasse dispara”tre. Il lui apporte donc une solution pour rŽsoudre son prŽtendu problme, mais qui en vŽritŽ n'existe mme pas. Il lui dit de noyer la voix qui parle de vengeance dans son esprit sŽparŽ Ç demeure de l'ego È. Ce n'est pas Dieu ni le Saint-Esprit que craint l'ego, mais celle de dispara”tre si le Fils venait ˆ changer son choix.

Il fabrique ce danger pour que le Fils Žchappe ˆ son esprit en se projetant ˆ l'extŽrieur et qu'il ne puisse plus revenir sur sa dŽcision. Le but du Fils d'avoir choisi l'ego Žtait de possŽder sa propre individualitŽ. L'attraction ˆ son autonomie, ˆ sa libertŽ et ˆ la peur de la tyrannie de Dieu, tout inventŽ par l'ego. C'est seulement aprs avoir fait son choix que l'ego lui tend la facture, le prix ˆ payer, qui est le pŽchŽ, la culpabilitŽ et la peur. Dans sa folie, le Fils est prt ˆ payer le prix demandŽ, qui est une vie de souffrance, de douleur et de mort afin de demeurer libre et Ç vivant È. JŽsus dit quÕil nÕy a pas de vie ici, car tout meurt. La seule vie vŽritable nÕexiste quÕau Ciel.

 

L'Esprit se prolonge ou crŽe, et l'ego projette ou fabrique. Mais en se projetant, l'ego sort une autre dŽfense pour ne pas se faire prendre : la fragmentation, en billions et billions de particules, qui chacune contient le systme complet dÕindividualitŽ de l'ego de : Ç pŽchŽ, culpabilitŽ et peur È, mais aussi celui du Saint-Esprit qu'il a oubliŽ. La quatrime division appara”t quand l'esprit se projette en dehors de lui-mme, ce qui rŽsulta en la crŽation de IÕ Univers physique en entier, ce que le monde appelle : le Big Bang!

Donc, la pensŽe de sŽparation, nŽe de la culpabilitŽ donne naissance ˆ un monde de sŽparation, basŽ aussi sur la culpabilitŽ et devint l'Žcran pour cacher la VŽritŽ. Nous semblions encore possŽder notre pouvoir divin. 

Or, ce monde n'a pas quittŽ sa source qui est dans l'esprit, n'existe pas en dehors de lui et n'est rien d'autre quÕun systme de pensŽe de victimes et d'attaquants. Les idŽes ne quittent pas leur source. Le monde comprend le phŽnomne entier de lÕUnivers, comprenant non seulement nos vies individuelles et tout ce qui s'y trouve vivant ou non vivant sur cette terre, mais aussi le systme solaire et chaque systme et galaxie derrire la n™tre. Tout ce qui semble ŽternelÉ T-29.Vl.2:7 : 10 Ð Le monde que tu vois est lÕillusion du monde Ñ C.4:1

Nous pensons voir un monde, le problme c'est de penser que nous voyons, nous ne voyons pas, mais ne faisons que fabriquer des images. Livre Ex. leon -15,1:6 page 25. Le monde est l'idŽe de sŽparation ayant pris forme. T-18,1:4.-1,6:20 p.398

La physique quantique nous enseigne que le dedans et le dehors ne sont pas sŽparŽs. Krisnamurti a enseignŽ que l'observateur et l'observŽ sont le mme. Description du monde pour ceux qui le croient merveilleux : T- 13.in.2 :2-3 :1 : (p.253) le monde que tu vois est le systme dŽlirantÉsi cela Žtait le monde rŽel, Dieu serait cruel. Le monde dispara”tra quand sa croyance (l'idŽe de le garder) dispara”tra!

Une illusion est une illusion... est une illusion..., rien n'est rien..., une fois zŽro Žgale mille fois zŽro.

 

Traduction libre par Stella Pilon, 1997